L'Antre de la Garde de la Mort

Forum de La Death Guard Univers 14
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 sinik

Aller en bas 
AuteurMessage
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: sinik   Lun 17 Oct à 19:02

ben salut eh oui j'ai enleve le mode vacance et oui je sais que je ne fait pas partit de cette ally mais est ce que je peut poster une de mes petites histoires?
bon c'est vrai c'est la section role play mais y'en avait pas pour les histoires enfin bon si je vous em***e a poster dites le les puces


Sinik était un elfe noir doté un passé douteux . En effet, lorsqu’il était enfant, à l’age de 56 ans, il avait été pendant la nuit des supplices trouvé dans la rue par les furies . Elles l’avaient plongé dans le chaudron de sang rituel, il en était ressorti vivant.
Il avait pendant plusieurs années reçu l’entraînement que tout futur assassin devait recevoir. Il apprit à manier, fabriquer, neutraliser et injecter les poisons les plus mortels qui soient. Aujourd’hui, étant assassin, il parcourait le vieux monde en quête d’emploi : c’était un mercenaire.
Apres avoir rempli son dernier emploi, qui consistait à éliminer un sorcier de l’empire, et empoché sa prime , Sinik était de nouveau sans le sou.
Or, il arrivait en Bretonnie où un noble lui avait demander de venir pour itiliser ses talents.
Il avait rendez-vous dans sa demeure qui était proche de la caserne de la ville.
Parvenu à l’adresse indiquée, il entra prudemment dans le hall . C’était une demeure richement décorée , il examinait les tapisseries quand tout d’un coup il aperçut du coin de l’œil une bourse pleine posée sur le coin d’une table.
Elle disparut aussitôt sous sa cape.
« -on n’a pas idée de laisser traîner son argent à la portée du premier venu ! »
Il se décida enfin, après avoir fait le tour des coffres, à aller dans le bureau de son futur employeur.
Il passa devant les gardes en réprimant une énorme envie de les égorger pourtant, il se contenta de porter une main distraite vers leurs bourses qui étaient désormais vides.
Il poussa la porte et entra familièrement dans le bureau du noble. Celui ci était en train de rédiger une lettre. Sinik s’approcha et lut par dessus son épaule le contenu de la mystérieuse lettre :
« -Ma bien aimée, j’ai hier, fait parvenir à un assassin de la race de ces misérables elfes noirs , une lettre lui expliquant que nous aimerions avoir recours à ses services pour soulager votre cousin le Comte des Fleuris de sa brusque maladie.
En effet, je considère que la maladie en question le fait trop souffrir et qu’il vaudrait mieux, dans son intérêt, mettre un terme à ses souffrances inutiles.
N’allez surtout pas croire que c’est pour l’héritage que je fais cela, mais, comme je l’ai dit précédemment, dans son intérêt.
Ne vous inquiétez pas, il mourra d’une mort rapide.
Votre dévoué serviteur : Jean Philippe »

Sinik rit intérieurement lorsqu’il vit une bourse pleine a craquer accrochée à la ceinture de son employeur.
Il prit la parole :
« -vous avez demandé mes services ; me voici !
Le comte, affolé, regarda autour de lui en se demandant par la même occasion pourquoi le coffret où il enfermait ses pierres précieuses était vide
-qui êtes – vous ? montrez vous ou j’appelle les gardes !
-je suis là, derrière vous.
Le comte se retourna
-ah ! vous êtes donc ce druchii que je voulais employer ?
-oui ; c’est moi
-bon ; tout d’abord le point le plus important est que la victime doit mourir rapidement
-c’est contraire à mes principes
-comme vous voulez ; mais il ameutera les gardes
-je saurais le faire taire et si vous voulez je peux masquer cet « incident » en une maladie qui s’est brusquement aggravée . Mais cela fera 200 pièces d’or en plus
-200 ? ? ?
-oui le poison coûte cher et les soldes sont pour dans un mois…
-c’est entendu
-de quoi souffre le patient ?
-d’un rhume
-vous voulez faire croire à votre épouse que son cousin souffre énormément d’un rhume ? ? ? ?
-oui
-c’est d’accort mais on paye d’avance.


Jean Phillipe appella un majordome en tirant sur une cordellette bien graissée
« -Monsieur desire quelque chose ?
-oui 700 pieces d’or et faites monter monsieur dans une chambre
-ca ne vous enuies pas si je réquisitionne votre chambre ? vous savez celle avec le gros coffre fort ; oh ne vous inquitez pas il est en sureté avec moi.Bonne nuit !
-mais je ne vous ait…attendez …pas cett
Sinik suivit le majordomme dans l’escalier ; ils passèrent d’abort devant une pièce que Sinik malgre son arrivée datant a peine de quelques heures connaissait deja bien , le salon ( ou etait entreposé quelques heures plus tôt dans un petit coffre ; qui était a peine caché dans une seconde cave avec un acces secret sous l’armoire, des artefacts sacré dont il tirerait un bon prix au marché).
Apres avoir dépassé le salon Sinik planta la le majordome pour prendre la direction de la chambre du maître de maison. En arrivant dans la piece il alla tout de suite piller le dernier endroit de la maison ou il restait de l’argent .

Ayant fini de nettoyer le coffre ; il decida d’aller ensuite faire un tour a la réserve d’arme et d’eau de vie ; avec l’espoir de se boire une ou deux petites bouteilles ; mais fatigué de la journée qui ,avait été éprouvante il s’assit dans un fauteil tout en caressant du regard les armoiries brodées or du maître de maison sur les tapisseries .
Quelques minutes plus tards , bien qu ‘ensomeillé il se leva et alla droit a la troisième partie d’un maison qu’il aimait le plus : la réserve d’arme et de nourriture.

Arrivé à la réserve d’arme et d’eau de vie , il apercut quelques soldats qui se siflaient en douce quelques bouteilles de leurs patron.
« -ohh les sa***ds ils ne m’ont même pas attendus , pire ils m’ont devancés ! ! ! ! »
Animé d’une énergie nouvelle, il s’approcha suilencieusement dans le dos des gardes et leva son poignard….


Il abbatit le plat de sa lame sur leurs cuir chevelus.
« -voilà qui vas les faires dormir je n’allais pas gaspiller mon poison »
Il fit ensuite proprement les poches aux gardes :
« voyons voir un trouceau de clé , aucun interêt , une hallebarde, deux cimeteres et trois épées courtes ; aucun interêt ahhh la clé qui permet d’ouvrir la piece qui donne sur la réserve de bière bon ça je prend. »
il s’approcha ensuite de la grille qui protegeait jalousement la réserve de bière , il enfonca et tourna la clée dans la serrure.



























Apres avoir fait un petit détour par la réserve de bière Sinik se demanda si il n’allait pas d’abort faire quelques « courses » en ville. Finalement bien que fatigué il se souvint que la ville ou etait établi son logement devait comporter au moin 500 habitants , soit au minimun 35 tavernes ! ! !
Sinik ferma la réserve de bière desormais completement vide a clé , il monta l’escalier , passa devant le salon puis sortit.
Bientôt il arriva devant la porte d’une des nombreuses taverne qu’il comptait visiter pendant cette belle nuit , quand tout a coup son œil expert repéra un batiment ou était monté une pancarte au dessus de la porte , on pouvait y lire :
« Préteur sur gages »
Sinik décida d’aller humecter son gosier déséché un peu plus tard et entra dans la batisse en bois.
A l’intérieur il n’y avait rien , pas même un petit coffre , il décida de monter l’escalier quand soudain des clients entrèrent dans la boutique. Ils avaient l’air riches , et l’un d’eux portait sous le bras un petit coffret . Snik comprit immédiatement qu’il s’agissait de pieces d’or au bruit que faisait le coffret quands son porteur l’agitait.
Un petit homme , surement le propriétaire des lieux arriva pars une porte dérobée et cachée derriere une armoire.
«-bonjour , c’est pour quoi ? »
Sinik se dit qu’il ne gagnerait rien a écouter leurs conversation , si bien qu’il ne se contenta que de prendre le contenus du coffret.
Il monta ensuite a l’étage et trouva un coffre , il était de taille moyenne et…
« -damned ! ! ! il est fermé , c’est au dessus de mes compétences »
ecoeuré Sinik sortit , il se dirigea vers la taverne en se demandant combien de temps pourrait durer son argent face a sa soif.
« voyons voir j’ai 1700 pieces d’or en tout , avec ça je peut boire…… 18 tonneaux de bieres, bloody hell ! ! ! ! ca ne suffirat pas a égayer ma nuit. »
tout d’un coup Sinik aperçu un homme qui ronflait a une table , il s’approcha douçement et plongea ses mains dans les poches de l’homme.
« -bingo ! ! ! ! au moins 300 pieces d’or »

quelques heures plus tards Sinik ronflait. En effet il avait appelle l’aubergiste et avait sifllé tout son argent dans la bière , le vin etc…
le plan initial de Sinik était de reprendre son or apres sa beuverit , mais il n’avait pas les idées asser claires pour mettre a l’œuvre ce plan diabolique..

Sinik eût toute les peines du mondes a se trainer jusqu'à sa chambre en effet le barman l’avait je té dehors, a ce moment là Sinik avait les idées assez claires pour prendre ses fioles de poisons et les écrasers contre la tête du barman .Mais horreur on lui avait piqué ses poisons et encore pire ! ! ! sa fiole de reserve qui contenait toujours un demi litre d’eau de vie.
Le lendemain il s’était réveiller avec une geule de bois a faire palir d’envieun minotaure , d’un geste habitué il porta sa main à sa ceinture la ou se trouvait auparavent un élixir contre la geule de bois.
« et m***e comment je vais faire moi ? ? ? ? »



quatres jours plus tards----------------------------------------------------------------------------------------


Sinik se sentait mieux il avait eu besoin de quatres jours pour que sa geule de bois passe .
Prêt a mener sa besogne a son terme il s’equipa avec les armes qu’ils n’avaient pas revendues pour avoir l’argent de boire asser . En effet d’habitude il ne se pressait pas pour assasiner ses victimes , il avait horreurs des exercices physiques inutiles.Mais il en avait asser de son employeur qui lui repprochait de n’être pas asser rapide, car Sinik trouvait que se faire reveiller a 6 heures du matin par des soldats qui enfoncaient la porte de sa chambre , et que le propriétaire des lieux s’avancait et lui criait dans l’oreille de se lever et de tuer le cousin de sa femme , alors qu’il avait une geule de bois terrible , n’était pas tres agréable.
Il descendit , passa devant le salon vide et sortit.
A l’exterieur régnait une agitation fébrile , mais Sinik se rappella qu’il avait une tâche a accomplir.
Arrivé devant la maison du riche cousin de la femme de son employeur , Sinik entra dans la maison , l’interieur n’etait pas tres décoré.
Il monta a l’étage et ouvrit la porte du bureau de sa future cible.La cible était justement en train de sermoner un de ses serviteurs :
« -quoi ? ! ? je ne veux pas d’ieufs sur le plats pour mon breakfast je veux du poulet farci a l’oigon c’est bien compris ! ! !
-mais votre seigneurerie
-il n’y as pas de mais ! ! !
Sinik fit rapidement le tour de la piece et tout en se remémorant sa jeunesse et les cours de « patribossue » une patriarche chargée de leurs enseigners l’art des assasins , il dit d’une voi qu’il voulait glacante :
« -je suis votre mort avant de mourir si vous tenez a votre fille donnez moi la combinaison de votre coffre et votre argent.
-mais qui êtes vous et puis je n’ais pas de fille…
-peu importe le code ou je me fâche !
-qui vous envoie ?
-………..…
-je vous donne le double de pièces d’or que celui qui vous a envoyez vous a donner , et le triple pour aller le tuer. »
Sinik réfléchi , certe ce noble lui proposait une belle affaire , mais allait-il trahir l’employeur qui l’avait si doucement prier de se mettre au boulot ?
« - eh bien c’est d’accord ! »
le noble se dirigea vers son coffre pour donner son dû a Sinik. Il tapa le code et ouvrit le coffre.
Sinik leva son poignard et l’abattit dans le ventre du noble.
«- voilà qui le calmera , ohhhhh mais vo la un beau magot»
Sinik dcapita ensuite sa victime et ouvrit sa cape. De nombreux crochets y étaient acrochés , plusieurs têtes occupaient déjà l’emplacement de plusierus crochets.
« -voyons voir , taille moyenne , parfait ! ! ! plus qu’a couper les cheveux et decouper les oreilles et sa feras un exellent cadeau pour un jeune druchii qui s’ennuie »
et Sinik repartie tout heureux en pensant qu’un gamin allait pouvoir , grâce a lui jouer au foot.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mar 18 Oct à 18:44

dites vous vous en fichez de mon histoire??????
repondez au moins marre ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fnix
1er Avertissement flood
1er Avertissement flood
avatar

Nombre de messages : 733
Date d'inscription : 23/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mar 18 Oct à 19:33

trop long a lire jusqu au bot quand on a que peu de temps ^^ mais le peu que ai lu c eteait pas mal ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mar 18 Oct à 21:47

trop long a lire????????????????,,
regarde ca ecrit par mes soins ange


Chapitre 1 : « une journée comme les autres au bunker 117 »

Un obus s’écrasa à proximité du bunker, le faisant trembler sur ses fondations. A l’intérieur, les hommes s’afféraient, préparaient leurs armes pour partir à la rencontre de l’ennemi comme ils en avaient reçu l’ordre. Seule une unité d’élite stationné là parvenait a conserver son sang froid dans le tumulte ambiant. Elle se trouvait dans une pièce a l’écart des restes du régiment, déjà fortement éprouvé par de meurtrier combat, finissant d’être briefé par leur sergent.

« -Quinte royale, vous perdez encore les gars ! J’sais pas pourquoi mais je sens que je vais vous ratisser aujourd’hui !
-Pitié sergent, faut arrêter là, on a des ordres et…
-La ferme Johas ! On bougera pas nos culs d’ici avant que je ne me sois refait une santé financière !
-C’est au sergent que je parlais Merak. Aussi je vous serais reconnaissant de…
-La ferme Johas ! Hurlais-je. Merak a raison, on ne bouge pas d’ici tant que je n’ai pas fini de vous plumer. Distribue.
-A vos ordre, ser…
-La ferme et distribue Johas ! Reprit en cœur le reste de l’escouade ».

Quelques parties et quelques milliers de crédit changeant de main plus tard, alors que le calme était tombé depuis belle lurette dans le bunker. Mis a part deux ou trois coups frappés a la porte, vite arrêté par un chargeur vidé au travers celle-ci, personne n’avait cru bon d’avertir clairement mon unité du départ vers le front. Leur entraînement sans faille permis mes hommes de conserver leur calme, a l’unique exception de Johas qui comme à son habitude dramatisé la situation.

« -Sergeeeeeeeeeent ! Il faut vite se mettre en route pour rattraper…
-La ferme Johas ! J’avais prévu cette éventualité et des mesures ont étaient prises ! Gorek préparait NOTRE chimère pendant que nous jouions au poker. »
Hochant la tête, Merak approuva cette sage décision « C’est mieux comme ça, j’aime pas trop jouer avec lui il est trop violent…
-D’ailleurs je m’oppose a sa présence ! Un ork n’a rien à faire…
-La ferme, Johas ! C’est moi le sergent, donc si je décide que Gorek fait parti de notre unité il en fait partie ! En plus c’est le meilleur mékano que je n’ai jamais vu, il a rééquipé notre véhicule de la meilleur façon qui soit !
-Ouais, il a allégé le blindage pour qu’on soit les premiers arrivés à la cantine ! Convint Lathes
-Il a même ajouté un champ de force pour qu’on soit tout de même protégé après que ce gros porc ait fait réduire la protection de notre chimère. Réagit Simeon.
-Tu sais ce qu’il te dit le gros porc ! Postillona l’interpellé a 3 bon centimètres du visage de son vis-à-vis manquant de peu de l’asphyxier de son haleine parfumé a l’ail. »
Totalement détaché du pugilat qui manquait de se déclencher juste a coté de lui, Merak soutint ses compagnons et le formidable travail réalisé par le mékano pour l’unité.
«Il a même rajouté toutes sortes d’arme sur notre chimère grâce a des débris ramassé a droite et a gauche et aux armes que Simeon a pris a l’ennemi.
-… Ainsi qu’à des alliés quand ils avaient le dos tourné. Ajouta Lathes qui suivait la conversation malgré les coups qu’il échanger avec Simeon.
-Tu te plains parce que tu es trop gras pour passer entre les bolters lourd arrière et entrer dans le véhicule gros sac ! L’invectiva le principal intéressé.
-Non Monsieur ! Il se trouve que j’apprécie le grand air et qu’il me plait a moi d’être assis dans l’espace aménagé a cet effet sur le toit de la chimère !
-On va pas se priver de ça sous prétexte que Môsieur Johas aime pas les orks ! A la prochaine remarque raciste envers un coéquipier je supprime ta solde ce mois-ci ! »

Désireux cette fois de se mettre un peu en avance, les membres de l’escouade commencèrent à rassembler leur équipement lorsqu’ils entendirent le pas pesant de Gorek approcher de la porte les séparant du hangar. L’ork enfonça joyeusement la porte d’un coup de pied et elle vint brutalement heurter le mur. L’ork grogna un vague salut au reste de l’escouade et ramassa son paquetage recouvrant totalement une petite table qui pliait sous le poids des différentes armes qui s’y trouvaient. Pendant qu’il s’armait, je me décidait a passer mes troupes en revue.

« -Bon, tout le monde est prêt au départ ?
-Ouais c’est bon. Maugréèrent sept soldats.
-Oui Serg…
-La ferme Johas ! Bon, laissez moi vous rappeler la situation parce qu’a part Johas aucun d’entre vous ne doit avoir la moindre idée de notre mission. »
Déversant le contenu de mon sac a dos sur la table je me mis a rechercher la carte du bunker dans lequel nous nous trouvons. Une fois l’objet retrouver, je la déplie et l’étend sur la table.
« -Nous nous trouvons actuellement ici, dans une salle désaffecté de l’armurerie ou nous entreposions nos armes jusqu'à il y a peu de temps. Toutefois, la semaine dernière l’Etat Major a décidé que cette pièce de 120 m2 serait beaucoup plus utile pour stocker l’armement des 9 – 10 – 11 – 15 – 17 et 22ième compagnie que celles de notre peloton. Vous vous souvenez sans doute de ce jour, ou plutôt cette nuit funeste où, alors que nous étions en train de vider quelques tonneaux de bière de squig et de courir la gueuse dans les bars branchés de la ville voisine, cette pièce fût vidée de tout ce que nous y entreposions, der armes conventionnelles a nos produits de contrebande en passant par nos Kustom. Bien que nous pûmes nous rendre maître des lieux assez facilement grâce a l’invasion de cafard géant qui a frappé notre système et qui désorganisa nos forces, notre matériel nous est resté inaccessible jusqu'à présent. »
Partout autour de la table les visages étaient graves. Cette mission déciderai probablement du destin de ces armes qui nous étaient si chère. Chacun essayait de mémoriser le plan, se préparé a livrer bataille pour partir a la rescousse d’une grenade ou d’un gantelet énergétique amoureusement trafiqué durant de longues heures pour en tirer la quintessence. La guerre était cruelle, mais séparait un homme de son flingue favori était un crime bien plus ignoble que toux ce a quoi nous nous attendions lorsque nous nous étions engagé. Maintenant, l’heure était à la vengeance.
« Mais aujourd’hui, toutes nos forces sont engagées contre les xenos connus sous le pseudo ridicule de tyty. Franchement, qui pourrait avoir peur d’un tyty à part un Roo Minet ? Le bunker est laissé sans surveillance, nous allons pouvoir nous infiltrer jusqu’au cœur de ses défenses et récupérer nos armes !


La suite plus tard, la c'était juste histoire de lancer l'aventure qui, avouons le, ne part pas dans la bonne direction ^^


Cool, j'ai des fans ^^. Bon, comme ça a plut je vais vous mettre la suite ou, comme dans la première partie, les vacheries s'enchainent ^^

Tiens, c'est vri j'avais parlé de tyty... Bof, rien a foutre ça presse pas. Des tytys il en reste toujours.
Pour faire plaisir a orse je lache quelques mots sur l'inquisition ^^
Et pourquoi ça ne serait pas des fanatique Ratdegout ? Ca se voit tant que ça ? ^^



Les visages autour de la table étaient toujours aussi graves. Mais ils n’étaient plus que quatre. Les cinq derniers membres du peloton, Johas et les 4 nouvelles recrues qui nous avaient étaient envoyées après que leurs prédécesseurs eussent étaient modérément invalidés au cours d’un bête exercice, l’une des nombreuses raisons ayant conduit a la confiscation de notre arsenal, préparaient consciencieusement le matériel qui leur avait été remis, un ridicule fusil laser et der armures en carton dur, au lieu de suivre les plans géniaux de notre Mékano qui bien souvent produisaient des armes surpuissantes et qui n’explosaient qu’épisodiquement au visage de ceux qui les utilisées.
« -Pour cette mission, nous allons diviser nos forces en deux groupes. Le premier sera composé de Johas et les Xerwa, (nom donné aux nouvelles recrues qui n’avaient pas encore passé le baptême du feu à nos coté. Cet étrange surnom était une commémoration brillante du plus court passage dans notre unité, la pauvre recrue Xerwa ayant était tranché en deux par une épée tronçonneuse autoportée que Gorek avait mis au point et qui avait échappé a sa poigne alors qu’il passé a peine le seuil de la porte. Le pire fut néanmoins évité : le colonel qui stoppa cette nouvelle arme, alors qu’elle eut réussi a sortir du bunker et qu’elle tranchait au travers des troupes qui s’exerçait, ne l’abîmât pas et elle put être réutilisé peu après). La seconde troupe comportera les autres membres de l’escouade. »

Ceux encore présent autour de la table lancèrent un dernier regard en direction de la troupe « Xerwa ». Un peu de tristesse pouvait se lire au fond de leurs yeux, c’était toujours difficile de se séparé de jeunes recrues qui venaient a peine de s’engager. Certes, ils s’agissaient sans le moindre doute de ceux qui étaient les moins apte à faire de bon soldat, l’armée évitait soigneusement de nous envoyer des éléments prometteurs depuis longtemps, mais ces dizaines de Xerwa qui passé par notre escouade, souvent contre leur gré, la plupart préféré d’ailleurs déserter et s’arranger pour être repris en temps de paix pour être fusillé plutôt que de revenir parmi nous. Mais enfin, c’était mieux ainsi, en cas de disparition les rapports étaient vite fait : une page blanche, un petit « Xerwa » en son centre et les officiers comprenaient…

« -Chacun de ces groupes aura une importante mission à effectuer. Le groupe de Johas traversera la cour en direction du bloc Est. Il dynamiteront les portes et poursuivront leur invasion en direction du quartier de haute sécurité où se trouvent nos armes. Ils devront également désactiver les batteries de défense automatisées, réactiver le groupe électrogène principal, s’introduire jusqu’au centre de commande général du bunker, le pirater, en prendre le contrôle. Cela fait ils seront libres de rejoindre le hangar et d’attendre à coté de la chimère. Cette mission est a la portée de n’importe qui, même eux devraient s’en tirer s’en dégât. Le second groupe sous mon commandement éclairé passera par les souterrains, les blocs de détentions si nécessaire, et même par le trône d’or si il le faut, mais je veux mes armes ! Bon, étant donné que tout le monde sait quel est son rôle on y va ! »

Le soldat Johas, suivit des hommes placés sous son commandement quittèrent la pièce les premiers. Bientôt, le cliquetis provoqué par leurs armes s’amenuisât et finit par disparaître. La seconde troupe restait silencieuse, s’échangeant des regards, tantôt inquiet, tantôt amusé par la tournure prise par les événements. Finalement, Lathes prit la parole pour poser la question qui occupait tous les esprits.

« -Pourquoi nous séparer ? On sait tous très bien qu’en passant par les souterrains rien ne viendra nous gêner alors que par l’extérieur ça sera très risqué…
-Lathe, Lathes… C’est parce que tu te poses ce genre de question que je suis sergent et que tu n’es qu’un soldat. Un sergent ne se pose pas de question, il n’a que des solutions.
-Et la solution est ?
-Comment tu veux que je le sache ? Je ne me suis pas posé la question ? Ca avait l’air amusant de laisser les nouveaux s’occuper du coté désagréable de ce boulot c’est tout. »
Simeon, comme souvent trop pragmatique dans ce genre de situation, ne pu s’empêcher de mettre le doigt sur un point plus discutable que de volontairement mettre ses subordonnés en danger.
-Et comment on justifiera les dégâts matériels provoqués ?
-Paaaaaaaaaaas de problème ! Gorek avait mis au point une nouvelle bombe avant que notre matos ne sois saisit : on fait tout sauter pour pas laisser de traces et tout va bien ! Et ça ne gênera personne : le front est plus a l’Est et on est pas sensé laisser passer l’ennemi de toute façon.
-J’en sais rien, ça m’a l’air un poil abusé…Réagit Simeon
-Pas a moi. C’est un juste retour des chose : nos armes nous sont sacrés faillait pas nous les prendre !
-Kom y di Merak. Et d’tout’ fasson fo testé la bomb !
-Comme tout le monde est d’accord on va pouvoir y aller. N’oubliez pas : notre arsenal ayant été saisi nous ne disposons que du peu que nous portons en permanence sur nous lors de nos virés en ville.
-Dur… Répliquèrent tout les membres de l’unité en chœur.
-Oui. Les premiers drones de sécurité sont pour moi !
-Hein ! Encore ! Protesta Merak
-C’est dégueulasse, c’est toujours le même qui s’amuse ! S’insurgea Lathes.
-Je dois encore tester Mes bastos Haute Pénétration Anti Blindage enrichi au Prométhéum permettant une cadence de tir accélérée de 180% par rapport à une arme standard !!! Poursuivi Simeon
-Et mon Gantelet Energétique avec Lance Flamme a fréquence modulable intégré commence a rouiller a cause de toute cette inaction ! Ajouta Merak
-T’as qu’a mieux l’entretenir !
-A chaque fois c’est la même chose, y’en a que pour toi… contre-attaqua Simeon
-A non, je ne vous permet pas ! J’avais prévenu le mois passé quand on est descendu a la recherche de ces cultistes crétins qui vénéraient une espèce de gros poulpe baveux, celui qu’on a grillé et vendu aux copains provoquant cette série d’indigestion inexplicable : y’en aura pas pour tout le monde, les premiers arrivé se servent d’abord et tant pis pour les autres, les ennemis c’est comme une promo sur un lot de munition antichar, on fait pas de cadeau, même aux potes !
-Sauf que la on aurait pu y être avant toi si tu n’avait pas stationné la chimère contre un Land Raider bloquant l’unique sortie du véhicule !!! Remarqua, irrité, Merak
-Et que tu m’ais pas oublier à la base. Depuis le toit j’aurai pu te suivre mais on aurai dit que ce coup était prévu…Remarqua Lathes.
-Moi ? Vous pensez honnêtement que moi, votre sergent bien aimé j’eus pu volontairement vous laisser a la traîne ? Sitôt que je me suis aperçu de mon erreur j’ai prévenu les collègue pour qu’ils vous dégage l’accès, n’est-ce pas preuve de ma bonne foi ?
-on a kan mèm atendu 2 plomb’ ! Rugit Gorek frustré.
-Pas d’ma faute, le propriétaire du véhicule incriminé était un inquisiteur occupait a se bourrer la gueule dans une bar ou des dames de petites vertu (remplacé par bar à pute si vous êtes majeur ^^) lui tenaient compagnie. Aaaaaaaaaaah comme je suis triste de ne pas avoir pu venir a votre secours moi-même. Sisi, vraiment. C’est pas tout ça mais il est temps d’y aller : En marche ! »


A suivre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mar 18 Oct à 21:47

Bon, encore une suite ! Et pour Orse je développe un peu le passage avec l'inquisiteur !
Pour les mettre dans une légion pénale c'est pas gagné, ils ne sont pas d'accord ^^



A peine ces derniers mots prononcés je m’élance hors de la salle, talonné par le reste du groupe visiblement désireux de finir de mettre les choses au point. Je me jetait dans un passage latéral juste a temps pour éviter quelques une des bastos Haute Pénétration Anti Blindage enrichi au Prométhéum pour lesquelles Simeon semblait avoir enfin avoir trouvé une occasion de les tester. Peu désireux d’abîmer mes gars avant les vrais combats, je me contentais de riposter par quelques tirs lâchés au jugé de pistolet laser dans le couloir où ils se trouvaient. Tir de couverture tout de même soutenu par l’envoi de quelques unes de ses ceintures de grenades que je gardais pour les grandes occasions.

« -Pouce les gars ! Je suis sur que vous préférez parlementer avant que votre sergent ne vienne vous botter le cul !
-Vous inquiétez pas pour nous sergent, on devrait s’en tirer ! Ironisa cet abruti de Simeon.
-Comprenez que ça n’a rien de personnel mais qu’on aimerai pouvoir butter quelques ennemis cette fois. Tint à préciser Merak
-Moaurf ! Grogna Gorek qui visiblement devait avoir un problème de chargeur, la zone ou je me trouvé n’ayant pas encore était noyé sous un flot de projectiles d’origines diverses.
-Mais on veut bien que vous veniez, on pourrai viser plus facilement. Dit Lathes, probablement en raison du fait que même camouflé il resté toujours aussi simple a atteindre en raison de sa masse.
-Simeon, Lathes, vous avez de la chance de ne pas être gradé, et même d’être bien loin de recevoir une promotion ou je vous aurai fait bouffer vos galons ! Merak, Gorek, je vous nomme caporaux, maîtrisez les deux imbéciles qui vous tiennent compagnie !
-A VOS ORDRES, SERGENT !!!!! »

Y mettant une bonne volonté qui faisait plaisir a voir, ou plutôt a entendre puisqu’il était préférable de restait a l’abri jusqu'à la fin de la lutte, les deux caporaux fraîchement nommé se jetèrent sur ceux qui se battaient a leur coté quelques instants plus tôt avec toute la férocité qu’on était en droit d’attendre d’un Ork et de ce qui aurait pu être le fils spirituel de Ghasghkull Thraka. Le calme retombé, je ressortais de mon abri pour inspecter les restes de mes troupes. Les caporaux avaient sans peine réussi à maîtriser et à attacher leurs adversaires comme de jeunes veau. Maintenant que cette discipline toute militaire régnait de nouveau, je m’adressais aux vaincus, rendant gloire à leur courage.

« -Ca fait moins les malins maintenant ! Je me doutais qu’un jour ou l’autre ce genre de trahison arriverai ! Mais n’oubliez pas : j’ai toujours un atout dans ma manche !
-Vous avez pas le droit de nommer des caporaux comme ça ! Glapit Lathes
-Mouais, ça fais longtemps qu’on m’avais ordonné d’en nommer deux dans mon unité, c’est fais maintenant. L’Etat Major va en devenir dingue, j’ai obéit a un ordre donné il y a moins de 3 moins ! Simeon nous offre une tournée pour fêter ça dès qu’on aura mis la main sur nos armes !
-Hein !!! Nan mais j’veux pas !
-M’en fout, c’est moi qui ait vos soldes, je prélèverai le nécessaire sur la tienne.
-C’est toi qui a nos soldes ! Grogna Merak !
-J’ai oublié de vous en parler ?
-Ouais ! Et pas qu’un peu !!!
-Simeon, restez calme, ces cordes sont serrés vous allez étouffer si vous continuer…En fait je compter vous les remettre après qu’on ait récupéré nos armes
-Okaaaaaaaaaaay… D’un seul coup je comprend mieux pourquoi les Xerwa passent par le chemin le plus dangereux…ironisa Lathes
-Sur, devrai pas y avoir beaucoup de survivant. Surenchérit Simeon.
-Et notre sergent se retrouvera avec quatre soldes supplémentaires cette fois-ci…
-Merak, veuillez arrêter d’interpréter toutes les situations de cette façon. Une telle chose ne m’avait jamais traversé l’esprit et c’est en toute bonne foi que j’ai donné une chance aux Xerwa de prouver leur bravoure. »
Un long silence s’installa et les membres du groupes s’échangeait des regards dubitatif.
« -Bon, maintenant que tout a été tiré au clair, on se remet en route.
-Sergent, vous croyez vraiment qu’on va gober vos conneries là ? Même Gorek trouve ça louche, et pourtant c’est qu’un ork !
Simeon, j’avais prévenu : pas de remarque raciste. Je garde ta solde du mois, on s’en servira pour boire un coup. Et le mois prochain nous retiendrons sur ta solde le nécessaire pour payer une tournée !
-Je m’y oppose avec véhémence !
-Attention Simeon, je vais finir par croire a ton insubordination et vous demandez une autre tournée pour me convaincre du contraire ! On va finir par penser que vous n’êtes pas heureux de la promotion de Merak et de Gorek si tu continues d’y mettre tant de mauvaise volonté !
-Et pourquoi eux ?
-Ouais, pourquoi ?
-Simeon, Lathes, voyons… C’est évident. Je les ai choisi pour deux bonnes raions. La première c’est que vous me tiriez dessus et qu’ils sont les deux plus dangereux. J’allais pas choisir des types qui allaient se faire rétamer comme allié.
-Bon, d’accord, celle-ci se tient a peu près…
-Et c’est quoi l’autre ?
-La seconde raison c’est qu’ils sont les deux membres les plus discipliné de l’unité et qu’ils obéissent à mes ordres.
-C’est vite dit, Johas ou n’importe quel Xerwa auraient mieux fait l’affaire. Remarqua Lathes.
-Sans compter l’exploit de Gorek le mois passé avec les Land Raider de l’inquisiteur.
-Gé rin fé !
-Tout à fait, on n’accuse pas son supérieur sans raison Lathes !
-Il a quand même taggé « Fukeu Ze Impérium » dessus.
-L’inquisiteur en était devenu plus rouge qu’un blood Angel.
-C’était un message que le caporal voulait laissé a la postérité ! Tout le monde sait qu’un Land Raider est presque indestructible, les générations futures seront ce que notre escouade pensait de son boulot ! Et puis tout est rentré dans l’ordre nan ?
-Discutable comme point de vue.
-Et en quoi Môsieur Lathes ! L’inquisiteur est repartie content du nouveau nom de son Land Raider ! On la rebaptisé dans les règles de l’art !
-Il aurait pas était bourré il aurait jamais accepter de changer « La Vérité de l’Empereur » contre « Fukeu Ze Impérium ».
-Sans compter que dans les règles on baptise au champagne pas avec un mauvais cru de bière de Sqigg coupé a l’eau des WC…
-Vous avez décidé de me pourrir la journée vous deux ! J’ai dit que tout était OK, donc tout est OK et on se remet en route !!! »

Les protestations s’étaient tues et nous progressions de nouveau dans un dédale de couloir, a peine éclairée par les lampes d’urgence alimentées par les générateurs auxiliaires. L’ambiance au sein du groupe était de nouveau au beau fixe, les caporaux s’en assurait perpétuellement en positionnant soigneusement leurs armes entre les omoplates des éléments perturbateur. Au bout de quelque temps, notre progression fut stoppé par une des imposante portes séparant les différents blocs du bunker. Je m’empressait de taper le code idoine sur la console a ces cotés afin d’éviter qu’un de mes compagnons ne se charge de l’ouvrir d’une façon beaucoup moins conventionnelle et bien plus dangereuse.

« -Vous voyez ça les gars ! Les privilèges du grade. Un jour quand vous aurez appris a obéir aux ordres et gagné la confiance de vos supérieurs vous aussi vous pourrez ouvrir ce genre de porte.
-On peut déjà. Remarqua Merak. C’est les refermer après notre problème.
-Il me semblait que le concept d’obéissance vous était étranger sergent. DitLathes.
-C’est vrai ça. D’où vous tenez votre grade de Sergent ! Rencherit Simeon.
-C’est pas important…
-Moi je le sais
-Silence Merak !!! Bon, avant que cet imbécile ne dise n’importe quoi je préfère vous expliquer. Tout cela date de l’époque ou cette unité était commandé par une vrai loque sans trippes
-Qui était le meilleur sous officier du régiment spécialisé dans les missions commandos loin en arrière des lignes ennemies.
-Détail dénué d’importance, sinon je l’aurai dit. Merak et moi-même sommes les seuls membres encore en vie de ce groupe de toute façon. Et comme son point de vue est erroné… Un jour, une mission simple nous fut confié : aller descendre un renégat qui rassemblait une armée.
-Mission a l’origine destinée à 3 Régiment au complet mais l’ordre fut volé par un crétin qui le modifia et le refourgua a notre seule escouade.
-Euh… Ce détail a du m’échappé a l’époque… Bon, toujours est-il que nous nous sommes mis en route et que, suite à une malheureuse série d’accrochage avec les forces ennemies…
-Déclenché par qui vous savez qui s’ennuyait…
-Là tu peux la fermer, tu en as fait autant ! Enfin bref, au final l’escouade est tombée sur une place fortement défendu à cause de notre sergent qui ne savait pas lire une carte
-Surtout quand elle avait était dessinée par un soldat peu scrupuleux qui voulait surtout piquer le prototype de gantelet qui y était développé
-Oh ça va hein ! Ca paraissait super sur le papier « broyer un Land Raider dans la paume de sa main ». Comment j’aurai pu savoir que c’était destiné a un Titan ! Comme on s’était fait repéré d’une patrouille l’escouade fut faite prisonnière par l’ennemi, seul moi ne fus pas pris.
-Parce qu’il était parti cueillir des champignons. Je soupçonne le sergent d’avoir remarqué l’ennemi et de s’être éloigné en douce pour nous laisser seul face a ses erreurs.
-Merak, tu vas me faire regretter de t’avoir sorti de là !
-Je suis sorti seul.
-Ce n’est qua moitié faux mais ce n’est pas le problème ! Mes coéquipiers était prisonnier je me suis élancé a leur poursuite…
-En passant en priorité par les laboratoires et l’armurerie pour chopper du matos…
-… Puis j’ai finalement retrouvé les soldats de l’escouade…
-Moi seul qui avait pu m’évader, les autres étaient mort en route pendant que le sergent piller les réserves ennemies.
-C’est bien parce que j’avais volé ou détruit les armes que tu est encore en vie ! Mais passons, je retrouvé donc Merak et a deux nous avons recherché notre supérieur…
-En passant en priorité la où on pourrait se fournir des objets de valeur…
-Et finalement nous sommes arrivé auprès de lui alors qu’il était mourrant. Comme il y avait deux survivants dans l’escouade il a fallu participer à une élection pour décider qui mènerait le groupe et serait donc sergent
-On d’ailleurs commencé à débattre de cela avant même que l’autre ne trépasse…
-Au terme d’un débat houleux il fut décider que je serai sergent
-Ce type est mauvais, impitoyable, traître et n’hésite pas à se débarrasser de tout ce qui barre sa route. Je me sens plus en sécurité en n’ayant pas à surveiller mon dos pour qu’il n’y oublie pas quelques coutellerie pour récupérer mes galons…
-Voila, si on omet les absurdités de Merak on comprend bien que je ne voulait pas de cette autorité mais qu’il a bien fallu que je me dévoue a ce moment là…
-Et comme il était trop imprévisible l’armée a décidé de lui confier une escouade plutôt que de l’avoir en permanence dans les bottes.
-Et elle en est pas faché : quand on se retrouve face a l’ennemi on est les meilleurs ! Maintenant on va passer cette Putain de porte et allé chercher nos armes puisque vous savez tout !!! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mar 18 Oct à 21:48

Allez, courage, la suite devrai arriver très bientot.

Je m’élançais dans le tunnel, non sans avoir au préalable abandonner quelques grenades sur place afin de convaincre mes hommes de me suivre avec l’entrain habituel qui caractérisait notre unité. Malheureusement, une fois encore, notre chemin fut bloqué par l’une de ces immenses portes qui étaient récemment apparu dans le bunker pour limiter les déplacements de mes hommes dans des secteurs qui nous étaient interdit. J’utilisais une nouvelle fois le privilège que me conférait mon grade en pianotant mon code d’accès.

« -Et voila, encore un obstacle franchi !
-Accès refusé.
-Y’a comme un problème là…
-On dirait qu’un simple sergent ne peut pas aller plus loin.
-Bien sur que-ci ! Il y a deux jours je suis passé ici avec ce crétin de caporal Gibbs et il a ouvert cette #%/§@ de porte ! J’ai du me planter, je le retape et on repart.
-Accès refusé. Zone interdite aux éléments instables.
-Aux quoi ? Je suis un quoi ? En quoi je suis instable !!! J’vais l’buteeeeer !!!!
Retenu par Merak, Gorek et Lathes alors que j’essayer de me saisir de mon fusil a pompe Lathes se plaça devant moi et voulu me raisonner.
-Calme sergent. Vous avez du mal entendre. A mon avis ce que ça voulait dire c’était « Zone interdite car éléments instables. » c’est tout.
-On verra ça plus tard ! Laissé moi l’butter !!!
-Sergent, si vous détruisez cette console on pourra plus passer.
-Rin n’a foutre ! On peut déjà pas. J’vais l’butter !
-Mais si sergent, on peut. Moi je peux !
Ce disant, le soldat Simeon se montra hautement désagréable n tapant crânement un code d’accès qui déverrouilla la porte blindé.
-Inquisiteur Nitérc Oncud, accès autorisé.
-D’où tu tiens ce code…
-Ben, en fait pendant que vous baptisiez le « Fukeu Ze Imperium » Merak et moi l’avons un petit peu visité. Pendant que Merak récupérer les canons laser du flanc gauche du véhicule je suis tombé tout a fait par erreur sur un carnet de note que l’Inquisiteur avec négligemment laissé a la vue de tous dans un coffre blindé fermé, piégé et camouflé.
-Vraiment a la vue de tous ça. Remarqua Lathès. Surtout de ceux qui procède a une fouille méthodique.
-Euh, c’est vrai qu’on peut présenté ça comme ça… Mais si ça avait été vraiment important vous pensez bien que ça ne se serait pas trouvé dans un Land Raider ! Tout le monde y rentre dans ce genre de véhicule ! J’ai du jouer des coude pour disperser la foule de badaud qui s’était réuni a l’intérieur pour profité de la stéréo que l’Inquisiteur avait fait installer. J’ai donc parcouru rapidement ce document…
-Menteur, tu l’as gardé il te sers de livre de chevet depuis ! Riposta Lathès.
-Je n’ai pas dit le contraire ! J’ai juste précisé qu’a ce moment là je ne l’ai que feuilleté ! Et dans ce carnet l’inquisiteur conservé toutes les données importantes récupérés au cours de ses missions : noms de chef de sectes chaotiques, ses contacts, ses planque d’arme…
-Je crois avoir compris d’où Gorek ramène tout ce matos ces derniers temps…
-Euh… C’est vrai que je lui en ait un peu parlé mais je ne pouvais pas savoir qu’il irait systématiquement vider toutes les planque de l’inquisition. Il y avait aussi les codes d’accès qu’il utilisait, y compris celui pour demander l’Exterminatus ainsi que son sceau pour l’ordonner et le téléphone de sa manucure.
-Donne moi ça.
-Quoi donc Sergent ? Vous savez la manucure c’est pas votre genre et…
-Joue pas au con et file moi ce P***** de sceau et cette saleté de code !!!
-Mais Sergent…
-Les autres membres de l’unité ayant finalement décidé de me lâcher afin de pouvoir dégainer leurs armes et mettre le dangereux soldat Simeon en joue. Faisant de même, lui positionnant soigneusement mon pistolet entre les deux yeux je répète mon ordre l’air agacé.
-DONNE. MOI. CA…
-Vous pouvez pas faire ça Sergent, c’est un peu une prise de guerre…
-Ca aussi : DONNE !!!
-Vous êtes dur Sergent…
-Je sais mais tu es tout a fait capable de quitter la planète en douce et de stopper l’invasion tyranide d’un Exterminatus bien placé en oubliant que ton unité bien aimé est resté sur place
-Moi !!! Jamais je ne ferai ça !
-Non, Simeon, jamais tu ne réussirais… Je n’ai pas oublié ta dernière trahison
-Aaaaaaaaaaaahhhh !!! Vous parlez de ce malheureux incident dans cette cité ruche il y a 6 mois !!! Mais c’est vieux sergent, il faut oublier le passé et allé de l’avant !
-Un incident !! Tu as fourni aux ennemis de l’Empereur une voie royale pour accéder aux usines d’armement ! La cité a été totalement anéantie avec sa population. Les effectifs de la garde de la planète n’ont pas suffit a les stoppé et nous avons du recevoir l’aide de 3 chapitres SM et 250 régiments de GI rameuté sur place d’urgence !!! Ce n’est pas un incident, c’est une trahison !
-Beuaaah…Vous aviez fait la même chose 3 mois auparavant ! Alors il faudrait…
-Silence !!! Moi j’ai eu l’intelligence de le faire a la basse saison quand nos effectif s’ennuyait ferme après plus de 15 jours sans conflit majeur sur ce monde ! Je ne l’ai fait que pour que nos troupes puissent s’exercer. Mais toi tu n’as pas trouvé de meilleur moment pour déclencher cette catastrophe que le lendemain du départ de la plupart de nos hommes vers Cadia ! D’ailleurs la planète a failli être prise par cet incapable d’Abaddon justement parce que les renforts demandé là bas ont du venir ici réparé les conneries, et le mots et faible, de Môôôssieur Simeon !


A suivre...

La tension était presque palpable et les sanctions disciplinaires allaient finir par tomber si on continuait à discuter mes ordres. Par chance, Lathes qui, comme a son habitude quand les ennuis se profilaient a l’horizon, s’était mis a s’empiffrer avec ses rations de survie pas trop réglementaire leva la main et pointa son doigt vers une porte a 3 mètre de nous a laquelle personne n’avait fait attention. Il nous interpella en postillonant copieusement sur ses camarades.
« -Récherve haute chécurité. Ch’est pas cha qu’on cherché ?
-Mais tu bouffes quoi la !!! S’indigna Merak qui essayait tant bien que mal de décoller un des morceaux du repas de Lathes qui avait atteint son armure. C’est verdâtre, ça colle… Eh merde, ça veut pas partir !!!
-Ch’est cheulement du Choump…
-Du quoi ? J’ai jamais entendu parler de ça !!!!
-Sur sergent, j’suis pas sur que l’Empereur apprécierait ce genre de chose. Admit Simeon
-Rien a taper de l’avis du vieux croulant, si moi je l’admet s’est suffisant.
-Ch’est Gorek qui m’en afait parlé
-Cé dé morso d’Squigs kon laisse dan d’la bièr’ d’champignon fou l’tem qu’sa pourisse.
-C’est dégueulasse !!! Et ce crétin m’a craché ça sur mon armure toute neuve !!! Attachant soudain beaucoup d’importance a la propreté, Merak s’ingénia a essayait d’ôter le morceau de choump de son armure a l’aide d’une arme énergétique.
-Et vous admettez ça sergent ?
-Bien sur. Gorek est ici pour nous fabriquer des armes et regardes bien : Le choump n’est même pas entamer par l’arme énergétique de Merak !!!
-J’VAIS M’LE FAIRE SERGENT…. Laissez moi juste un peu de temps…Et j’me l’fait…
-Mais oui mon vieux, prends tout ton temps… Bon, Simeon, pendant que le caporal Merak nettoie son amure, ouvre cette porte avec le code de cet incapable d’inquisituer…
-Seulement si on me rend ma paie, y’a pas de raison qu’un élément de valeur comme moi bosse gratos !
-J’ai été patient bien au-delà de ce que mon grade me demande ! Le prochain qui me prend la tête avant que je n’ais récupéré mon arme je le réduit en cendre !!! »

Voyant que ma main droite s’était involontairement portée sur mes grenades incendiaires, Simeon se précipita sur la console pour entrer son code, évitant ainsi qu’un malencontreux incident ne le frappe…
« -Accès refusé. Zone interdite au code de classe 11.
-Euh, désolé sergent ça marche pas.
-Je vois ça sinistre imbécile !
-C’est quoi d’ailleur un code de classe 11 ?
-J’en sais trop rien. Je c’est que les cadets ont un accès de classe 10 et j’ignorais qu’il y avait plus bas.
Me dirigeant vers la console et y tapant mon code je poursuit
-Cet inquisiteur doit être un sacré déchet pour être moins bien vu qu’un cadet !!!
-Accès refusé. Zone interdite aux codes de classe 17.
-Sur sergent, un sacré déchet. Ironisa Simeon.
-Ferme la ! Messieurs, vous voyez cette porte stupide. Laissez moi vous montrer comment meurt une stupide machinerie qui ose s’opposer a moi !
-Pas ça sergent !!! S’inquiétèrent tous les membres du groupe. On pourra plus ouvrir la porte après !!!
-Bwahahahahahah !!! On s’en fout de la porte. J’attendais une occasion de ce genre pour tester ma toute dernière arme : La hache a plasma modèle nemesis et son gantelet d’arme.
-Eh, on savait pas que vous aviez eu droit à un nouveau jouet ! Y’en a que pour vous !
-Regardez cette splendide machinerie !!! Vous tenez fermement cette hache dans votre main droite, vous la connecté a votre générateur a plasma portatif dans votre pack dorsal. Reconnaissant la poigne rassurante d’un officier qualifié, la lame de la hache est aussitôt parcouru d’un courant de plasma surchauffé prêt a liquéfier tout ce qui vous dérange !!! Le gantelet enfin connecté a une source d’énergie puissante dépense sa bête condition de mouffle énergétique et accroit encore les forces déjà considérables de son porteur. Adroitement manier, il n’est rien que cette arme ne puisse trancher ! Remarquez la précision du geste lorsque je la lève.
-Je remarque et j’atteste : c’est très précis. Convint Simeon spécialiste des préliminaire aux grosses baffes
-Voyez la fureur avec laquelle elle s’abat. Dis-je en frappant violemment la console.
-Je vois et j’en suis stupéfait. Gémit Lathes
-Admirez la formidable puissance dévastatrice de cette arme. Terminais-je en les laissant voir la console explosé et les mur parcouru d’un large sillon la ou la hache l’avait atteint.
-Je l’admire, moi le puissant Merak qui pensais mon gantelet tronçonneur a fusion imparable et j’en suis déconfit.
-Et oui, c’est là qu’on voit qui c’est le patron.
-P’t’être bien patron, mais on passe toujours pas. Remarqua Merak.
-C’est là que Gorek intervient. Il a déjà dégoupillé une ceinture de Super-Grenade, il lui reste qu’a la déposer a l’intérieur du mur, a nous jeter a l’abris et a attendre que tout soit retomber.

En effet, avant même que l’ork n’ait fini de poser la bombe tout le monde avait déjà commencé a courir dans les couloir, espérant mettre suffisamment de distance entre eux et la formidable déflagration qui allait avoir lieu. Il ne fut nullement nécessaire de nous jeter a terre, la secousse qui suivit l’explosion nous expédia au sol bien avant que l’onde de choc ne puisse nous atteindre.
-Bon, on doit avoir un passage maintenant, on peut y retourner.
-Et espérer pour qu’il reste quelque chose dans l’entrepôt que l’explosion n’aura pas détruit…
-Pas de problème Simeon, tu sais bien que notre matos est dans des container blindé qu’on ouvre toujours de cette façon.
-Saletés de codes, j’m’en souviens jamais…
-C’est pour ça que je te disais d’utiliser ta date d’anniversaire.
-C’est ce que je fais. Mais comme je sais pas quand je suis né j’en met une au hasard et je m’en souviens pas quand je veux ouvrir le container…
-Ta vraiment pas d’ordre Merak…
-Désolé sergent…

La porte qui peu auparavant entravait notre progression avait finalement était ôtée de notre chemin par cette frappe chirurgicale. Chirurgie de type ablation a la hache. Devant la troupe s’étendait désormais les restes d’un entrepôt dévasté comme le rez-de-chaussée d’une friperie un jour de début de solde. Le sol était jonché de débris de provenance diverse. Des affût de canon de faible calibre, du 380mm à du 450 a vue de nez, gisait éventré sur le sol. Plusieurs poutres de soutènement avaient cédé plongeant encore la réserve sous un léger voile de poussière. Habitué a ce genre de situation, il ne fallu pas plus de quelques instants a mes hommes (et a mon ork) pour remarquer des formes fugitives se mouvant a ce qu’elles pensait être a couvert. A leur uniforme d’un orange criard très fashion je reconnu la les détenus qui avaient étaient temporairement envoyé dans notre bunker pour y passer (subir) un interrogatoire.
Visiblement, les évadés avaient déjà réussis à récupérer quelques unes des armes négligemment laissées a la portée de tous suite a une explosion inopportune du a un quelconque disfonctionnement du système électrique (pas mal, je mettrai ça dans mon rapport !). Les fâcheux semblaient quelque peu courroucés a la vue de Merak, qui s’était personnellement chargé de veiller a leur bien être au cours de leur séjour en les mettant spontanément au régime et en détournant a son compte leur rations, et décidèrent de façon incompréhensible a prendre notre groupe pour cible. Nous jetant à l’abris derrière quelques amas de débris qui couvraient le sol de la pièce, nous délivrâmes un tir de couverture a faire pâlir d’envie une tranchée prise d’assaut par une horde de xenos. L’expérience parlait : dans ce groupe il fallait être le premier a tirer si on voulait avoir une chance de tuer quelque chose. Alors que tous les membres du groupe vidaient consciencieusement quelques chargeurs dans la direction où nous pensions que l’ennemi se tenait je criais suffisamment faiblement pour être certain de ne pas couvrir le bruit de la fusillade.
« -Rendez-vous, vous êtes cerné ! Si vous vous rendez il ne vous sera fait aucun mal. »
Posant mon arme, je me mis a tourner les pages de ce stupide manuel de formules toute faites : « comportez vous comme un officier pour les nuls ». Mettant finalement le doigt sur un passage me semblant plus judicieux, je me remis à crier :
« -Ecoutez moi bande de larve, cette fois ça rigole plus : faites moi 50 pompes ! »
Et merde, chapitre sergent instructeur. J’aurais pourtant juré avoir lu sergent destructeur il y a 5 minutes. Guide de merde, peut pas finir ses phrases sur la page où elle commence ! J’ai l’air de quoi moi maintenant…Vite, tourner encore quelques pages… Y’a forcément quelque chose qui réponde a cette situation dans ce stupide bouquin… Ca y est ! Ca a l’air d’être du grand cette fois :
« -Au nom de l’immortel Empereur de l’humanité, rendez-vous ! »
Devant l’absence total de réaction chez nos ennemis, je pris sur moi d’être plus explicite :
« -Putain ! L’Empereur aimerai que vous cessiez vos conneries ! Alors posez vos armes. »
Aucune réaction, parfait. Avec un peu de chance ils n’avaient même pas entendu. Hurlant cette fois a plein poumon, je posais l’unique question véritablement importante dans la situation présente :
« -Vous avez juste piqué les armes expérimentales ? Parce que si c’est que ça c’est pas grave elles appartiennent a l’Empereur. Par contre si vous avez touché aux armes que nos supérieurs nous ont prit ça va être plus chaud pour vous ici que dans le caleçon de Khorne lui-même ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mar 18 Oct à 21:49

L’absence de réponse plongeait mes troupes dans l’incertitude. Craignant, un pour son « lance-roquette-multi-tube-gatling-perforant-tueur-de-titan-et-d’immortel-a-visé-laser-de- 17ième-génération-modèle-déposé-chez-toutes-les-races-connues-ou-non-de-l’univers », l’autre pour son désintégrateur-à-plasma-à-visée-automatique voir pour un bête canon laser d’assaut avec séquenceur de tir incorporé, chaque membre de l’équipe entreprit de se surpasser pour venir au secours de leurs armée. Eux qui d’habitude était des tueurs froid, méthodique, implacable, de véritables machines a tuer sans le moindre sentiment, capable d’éliminer un bataillon de SM avec un cure dent et 2 rouleau de PQ en territoire ennemi faisait preuve d’encore plus d’initiative et de maîtrise qu’a leur habitude. Bref, avant que je n’ai eu le temps de finir ma phrase ils avaient tout tué cette bande d’enfoiré ! M’en on pas laissé un seul. Aucun respect pour leur chef… L’entracte terminé, un bref conciliabule fut organisé pour faire le bilan des combats.
« -Vous !!!!! Les trouffions !!! Vous ne m’avez rien laissé !
-Pas tous des trouffions, Gorek et Merak sont caporaux. Remarqua fort justement Simeon
-Excellente remarque. Je les dégrade pour la peine. Lathes, Simeon, pas la peine de rire vous ferez toutes les corvées du groupe pendant 2 mois après que j’aurai repoussé l’invasion de tyranides
-Qu’on aura repoussé l’invasion…
-Non ex-caporal Merak ! Vous avez joué tout seul ici, la flotte ruche est a moi !
-Sergent, une flotte ruche ça fait quand même pas mal d’ennemi et peut-être que partager un…tenta Merak
-Nan ! C’est mes ennemis !
-Just kèkes zun !
-Nan, C’est mes miens !
-Allez sergent, 2 ou 3
-Corvée de chiotte Lathes, silence ! D’ailleurs, comment ces gars on put s’évader ! Ils étaient enfermés dans les quartiers de haute sécurité.
-Il me semble que quelqu’un a demandé à Johas de désactiver le système de sécurité.
-Simeon, vous n’êtes pas payé à faire des remarques judicieuses, prenez garde. A mon avis, cet incident doit être du fait de l’abruti qui a désactivé le système de sécurité. J’espère que le soldat Johas aura une explication à me fournir… Ramassé ce que vous voulez emmener. Gorek, active le pétard, minuteur sur 35 minutes. Rendez vous a la chimère dans 20 minutes. Ceux qui n’y seront pas dans un quart d’heure je les abandonne ici. Rompez ! »

Une saine effervescence s’empara aussitôt de la troupe. Chacun asseyait de bourrer son sac avec le plus de matos possible. Bientôt un monte charge encore en état de marche fut sollicité pour remonter les premiers sacs, se gondolant sous le poid des munitions et des armes qui y étaient entassées. Le légendaire talent de mes hommes leur permettait de savoir d’instinct comment bourrer une sacoche pour pouvoir y faire entrer le plus possible de matériel en se fiant a leur seul instinct. Combien d’ennemi avions nous réussis à surprendre en transportant a nous 5 plus de munitions qu’un commando de 50 hommes destinés a de longue missions derrière les lignes ennemies. Finissant de récupérer ce qui m’intéressé, j’empruntais a mon tour le monte charge et pris grand soin de le rendre inutilisable en sectionnant quelques câbles au hasard une fois parvenu au hangar. Pas un seul hurlement, juste quelques jurons, parfait. Un peu d’exercice fera du bien a cette bande de bon a rien…
Johas se trouvait a coté de la chimère et 3 Xerwa finissaient d’embarquer a son bord les sacs de munitions. 3 Xerwas ! Il (n’)en manque (qu’)un ! Qu’est-ce qui a pu se passer (question purement professionnel, je m’en contrefout mais si je ne pose pas la question je vais encore avoir un blâme. D’ailleurs un seul absent à l’appel c’est un miracle. Aurait-on des Xerwa robuste cette fois ?). Je me dirigeait a grand pas vers le soldat Johas pour m’enquérir des raisons de cette absence.
« -Soldat Johas, il me semble qu’il manque l’un des hommes que j’avais placé sous vos ordres.
-en effet serg…
-La ferme Johas ! Je me fout de vos excuses ! Cette mission n’était pas dangereuse ! Vous allez me dire quoi ? Qu’il s’est fait bouffer par un rat ?
-Oui sergent. Il a…
-La ferme Johas ! Ca ne m’interesse… Bouffé par un rat ? Eh merde, comment c’est possible ça… »

A suivre sur cette intrigue palpitante : comment un rat a t-il put bouffer un GI ?????!!!??
-En fait sergent c’est assez…
-La ferme Johas ! Ne parlez pas sans mon autorisation. Allez-y.
-Et bien sergent, vous vous souvenez d’Erezius le traître ?
-Je me souviens d’Erezius, mais c’était un élément de valeur pour notre groupe.
-Sergent, c’était un psyker non autorisé.
-L’Empereur lui-même lui avait permis. Il le disait.
-Il ne parlait pas de l’Empereur mais d’un duc.
-Pareil.
-Pas pour l’inquisition a première vue.
-Bon, Johas, les détails de cette sombre affaire ne m’intéresse pas. Je sais mieux que personne pourquoi l’inquisition ne l’a pas condamné et la façon dont il a pu s’enfuir. L’Empereur a personnellement couvert sa fuite en déclenchant des émeutes sans précédents a travers toute la planète.
-Les émeutes ont été déclenchées à l’annonce des 17 nouveaux impôts levés pour réparer les dégâts provoqués par notre unité.
-Provoqués au service de l’Empereur ! C’est donc une de Ses interventions, même si elle était indirect ! Bon, veuillez continuer Johas.
-Eh bien il avait réussi à fuir grâce aux pauvres gardiens qui étaient chargé de le surveiller qu’il avait transformé en créature démoniaque qu’aucun homme ne pouvait stopper.
-Elles étaient incapables de survivre à une rafale bien placée d’une arme conventionnelle.
-Sergent, notre « chimère » n’est pas a proprement parler équipé d’arme conventionnelle. Et vous et vos subordonnés non plus…
-En tant qu’officier et…
-Sous officier…
-Aucune différence. En tant qu’officier donc, et membre de l’élite, mes hommes et moi avons accès a ce qui se fait de mieux !
-Techniquement vos accès sont restreints et vous n’avez plus rien à votre disposition.
-Soldat Johas, d’où tenez vous cette information ! Même moi je l’ignorais jusqu'à tout a l’heure ou une stupide porte m’a barré la route !
-Sergent, l’Etat Major vous a convoqué plus d’une douzaine de fois ce mois-ci et jamais vous n’avez accepté de les rencontrer. C’était prévisible qu’ils finissent par prendre de mesures contre vous.
-De quoi ils se mêlent ceux la…Bon, continuez.
-A première vue sergent Erezius avait également transformé des rats car mes hommes et moi mêmes sommes tombés nez à nez avec un spécimen de plus de 400 kilos dont nous avons eu toutes les peines du monde à nous débarrasser.
-Bon, ça va, j’ai compris. Nous mettrons donc dans le rapport que les saloperies d’OGM qu’on nous sert a la cantine ont visiblement des effets nocifs sur les organismes animaux et recommanderais chaudement l’exécution des responsables.
-Cette sanction est étrangère à vos dettes de jeu contracté envers le cuisinier en chef ?
-J’ignore ce dont vous voulez parler soldat… 12 minutes déjà et voila Gorek. On embarque, si les autres ne sont pas là dans 3 minutes nous devrons les abandonner ici.
-Plus tôt on sera partit plus je me sentirai en sécurité.
-On a peur des rats maintenant mon petit Johas ? Mais il ne faut pas, le gentil sergent est là maintenant et il vous protégera.
-Pas des rats sergent. Mais avec ce rat la il y avait des tortues humanoïdes qui sautaient dans tous les sens en hurlant Kowabunga…
-Ouais, c’est sur que vu comme ça…»

La situation devenait visiblement impossible à maîtriser. En dépit de toute mon expérience je ne pouvais m’empêcher de penser que quelque chose était en train d’échapper a mon contrôle, un peu comme dans ces moments ou, étant en retard a une importante partie de poker qu’on est sur de gagner on ne retrouve pas les clefs de sa bagnole, comme si l’univers tout entier s’était ligué pour vous empêcher de vous en mettre plein les poches. Je n’aimais pas ça et pris donc la décision suivante, bien que je sache qu’elle me ferai encore plus détesté par la troupe. C’est principalement pour cette raison que je choisis d’utiliser cette solution.

« -Gorek ! Fout le moteur en marche on s’arrache ! Tant pis pour les trainards ! »

Alerté par le bruit de la chimère démarrant, Merak, Simeon et Lathes surgirent des entrailles du bunker surchargé de sac bourré de munition. Cavalant jusqu'à l’accès de la chimère à l’arrière du véhicule, le trio du se débarrasser de tout ce qu’il transportait pour l’atteindre a temps. A peine Merak et Simeon avait sauté à l’intérieur du véhicule et Lathes atteint sa place sur le toit du véhicule, faisant gondoler les épaisses plaques de blindage sous son poids, la chimère partit en trombe et enfonça la muraille pour se frayer un accès jusqu'à l’extérieur du bunker.

Bientôt, la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mar 18 Oct à 21:49

Preview chapitre 2 :

Sergent Cédric, Merak, Gorek, Simeon, Lathes, Johas et 3 Xerwa ont finalement pu quitter le bunker.
Armé jusqu’au dent, les voici qui partent vers le front ou les forces de défenses planétaires font face a une invasion tyranide d’une ampleur sans précédent dans l’univers.
« -Les gars, va falloir y aller a fond. Mais avant on va boire un coup a « l’ Emperor's Asskick »! »
Arrivé au bar, les voici confronté a une mort terrible et inexpliqué.
« -Oh merde, Almoul est mort les gars ! »
Voici que débute la plus formidable enquête a avoir jamais ébranlé l’Imperium
« -Almoul était un contrebandier, a assassin, un dealer, un informateur, proxénète et j’ai entendu dire qu’il trempait en plus dans des embrouilles moins recommandables. Au vue de la taille de cette cité ruche ça nous fait pas moins de 3 000 000 000 de suspects, va falloir agir avec méthode ! »
Une enquête ponctuée de problème matériel…
« -Johas, combien de fois devrais-je répéter qu’une carte d’Etat Major ne vaut pas une map monde ! »
D’ennuis administratif…
« -Non Merak, Johas ne peut pas être coupable ou il m’aurait fait parvenir un rapport pour s’accuser comme il se doit »
De référence littéraire…
« -Ca me rappel Sherlock Holmes contre les buveur de bière d’import zombie en charentaise. »
De combat…
« -Cette volaille nous cache quelque chose… »
Bien plus encore…
« -Dis m’en plus ou j’me taille un cendrier dans ton pancréa. »
Pour tout cela et bien plus encore : Sergent Cédric chapitre 2 : « une enquête comme les autres dans les bas-fonds du quartier 117 »


Chapitre 2 : « une enquête comme les autres dans les bas-fonds du quartier 117 »

16 :53 PM, aire de stationnement autorisé à la périphérie du quartier 117
Le ciel était encore couvert par l’imposant nuage de poussière que l’explosion du pétard, et donc l’implosion du bunker 117, avait soulevé. Le pétard de Merak s’était montré encore plus puissant que prévue. Là ou hier encore se trouvait l’un des plus vastes complexes de défense de ce continent se trouvait désormais un vaste et profond cratère. J’avais déjà fourni un rapport a l’Etat Major : un vaisseau ennemi d’origine inconnu s’était écrasé sur le bunker et nous avions choisit, dans le doute, de les y enfermer a double tour. Malheureusement un disfonctionnement des portes indépendant de notre volonté avait déclenché une réaction en chaîne qui a tout fait sauter. Par chance, moi et mes hommes avions eu le temps de fuir à l’unique exception de Xerwa 3.
Mon rapport semblait avoir fait son effet, mes supérieurs m’ont donné l’ordre de rejoindre le front au plus vite. Enfin, un supérieur. D’habitude je reçois mes ordres du Général Mc Bride, mais sans doute cette fois encore a t’il été pris de violente convulsion a l’écoute des tristes nouvelles dont je devais lui faire part. Pauvre Général Mc Bride, ces guerres finiront par lui faire perdre la tête, mais au moins il est totalement incapable de prononcer mon nom ce qui m’évite de sérieux ennuis. Mon rapport terminé, j’étais sortis de la chimère et avais rejoins mes hommes à l’extérieur. Johas, encore fourré dans ses cartes d’Etat Major cherchait le meilleur itinéraire pour rejoindre les combats au plus vite. Les Xerwas perdaient leur temps en prière comme d’habitude. Les très disciplinés Simeon, Lathes et Merak réajustaient leurs armes a leur convenance, en trafiquaient la hausse ou testaient de nouvelles munitions. Gorek quand a lui réfléchissait au moyen d’utiliser 2 obusiers comme boosters pour notre véhicule ainsi que comme manœuvre dissuasive a l’encontre de tout éventuel poursuivant. Brave Gorek, toujours à songer a notre sécurité.
La larme a l’œil et l’arme au poing, je tirais une salve de semonce pour attirer l’attention de mes troupes. Fouillant les poches du bourgeois que ma rafale avait malencontreusement fauché, afin d’y trouver d’éventuel papier d’identité mais surtout de mettre ses biens en sécurité en attendant de pouvoir les restituer a ses proches, j’expliquais le topo a mes hommes.

« -Tout va bien, j’ai expliqué en détail a nos supérieur la catastrophe qui a frappé le bunker 117. Ils approuvent ma décision de le détruire.
-Mais aucune catastrophe n’a…
-La ferme Johas ! Le général Mc Bride était indisposé aussi je me suis entretenu avec une espèce de blanc-bec inexpérimenté…
-Il était indisposé avant ou après de vous parler ?
-Bien avant, vous savez très bien qu’il ne s’est jamais remis de mon précédent rapport.
-Celui ou vous lui avait expliqué les raisons pour lesquelles vous avez attiré ces roks vers notre monde ?
-Lathes, ils utilisaient une fréquence réservée aux vaisseaux de commerce ! Je ne pouvais pas me douter qu’ils ne venaient pas en paix ! Et de toute façon nous y avons trouvé un très bon Mekano, ça justifie quelques morts.
-Mais peut-être pas la perte de 3 cités ruche et de plus de 200 Space Marines.
-Simeon, si les SM étaient moins faible, il n’y aurait pas eu tant de mort !
-Comment vous savez qu’ils sont faibles ? On n’en a jamais affronté.
-Il m’on interrompu alors que je discuté avec Gorek que j’avais rencontré dans une discussion radio. C’est a lui que j’avais donné un plan pour qu’il puisse venir me voir. Pour un peu cette bande de boulet aurait d’ailleurs pu gâcher notre rencontre… Mais de toute façon ce n’est pas ce rapport que le Général Mc Bride me reproche !
-Alors ça doit être la fois ou vous avez transmis nos plans de bataille aux renégats qu’on devait affronter !
-Presque Merak. Mais cette fois c’était justifié par la situation, ils n’étaient qu’une poignée.
-Mais surtout on ne faisait pas partie de la fête. Ca vous a pas plut et vous leur avez donné un avantage si décisif qu’on a du faire appel à toutes nos forces, nous compris.
-Tu dis ça maintenant mais a l’époque je te rappel que l’idée était de toi Simeon !
-Euh… Je me souviens ! C’est quand vous aviez tellement favorisé une secte de Khorne pour pouvoir discuter un peu avec lui en personne !
-Pas mal Simeon ! Comme quoi quand tu fais un effort ! Mais cette initiative n’a pas été du goût de tous…
-Faut les comprendre : le système a failli être détruit…
-Mais j’ai eu LA réponse à LA question que l’univers entier se pose !
-C’est a voir…
-C’est tout vu…
-On s’en fout, c’est vrai…
-En plus on s’en doutait…
-Oh c’est bon ! Si Messieurs Johas, Merak Lathes et Simeon et savait quel était le jeu de carte préféré de Khorne ils n’avaient qu’a me le dire ça m’aurait évité bien des tracas.
-Le pouilleux massacreur, c’était quand même prévisible…
-Mais vous allez la fermer ! L’heure tourne et j’ai pas pu dire ce que j’avais à dire avec tout ça ! Je me suis donc entretenu avec un officier qui m’a dit qu’on devait se bouger pour aller au front. Mais, comme nous ne pouvons pas y aller avec nos effectifs et nos forces gravement diminués par la perte de Xerwa 3, nous allons aller faire un tour a « l’Emperor’s Asskick » voir si on ne trouve pas un type a enrôler contre son gré ou de force !
-D’habitude on dit « de gré ou de force »…
-Il est dans son délire, laisse le…
-Soldat Johas, dans quelle direction faut-il partir pour rejoindre « l’Emperor’s Asskick » au plus vite ?
-D’après mes cartes nous devons d’abord aller a l’est puis…
-La ferme Johas ! La réponse est plein Nord en coupant par la voie rapide !
-Plutôt en traversant la voie rapide serg…
-La ferme Johas ! Où a tu appris qu’on devait aller a l’Est ?
-Dans mes cartes d’Etat Major Ser…
-La ferme Johas ! Replie une carte et attend moi ici ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mar 18 Oct à 21:49

Je rejoignais au trot la chimère pendant que Johas exécutait à la lettre les ordres que je lui avais laissés. A l’intérieur du véhicule puissamment armé et lourdement blindé, je me mis à chercher a tâtons l’instrument de localisation multifonction par excellence que des générations durant l’humanité avait employé sans jamais en remettre la valeur en doute avant l’invention et la réputation très exagérée de ces cartes : la Mappemonde ! Le formidable instrument localisé et récupéré, je ressortais et allais me camper face a Johas.
« -Johas, combien de fois devrais-je répéter qu’une carte d’Etat Major ne vaut pas une mappemonde ?
-C’est que je ne parviens pas a en être si sur ser…
-La ferme Johas ! Suivez moi ! »
Mon sinistre compagnon sur les talons, je me dirigeais a grand pas vers un individu de forte stature a la mine patibulaire occupé a siroter une mixture jaunâtre en écoutant une musique cafardeuse et éructant bruyamment depuis un moment déjà.
« -Soldat, frappez cet imbécile avec votre carte !
-Mais serg…
-La ferme Johas, c’est un ordre !
-A vos ordres sergent… »
Mollement, le bras de Johas se releva puis abattit la carte d’Etat Major dans un froissement ridicule sur le visage buriné du colosse. Alors que l’individu se redressait pour nous toiser de toute sa taille je lâchai, satisfait :
« -Voyez, aucun effet !
-Ils me veulent quoi le deux mi-portions ???!!??
-Plus grand-chose. Permettez ? »
Sans attendre de réponse, j’arme mon mouvement en prenant un important élan et propulse violement ma mappemonde vers le crâne de l’individu. Un bruit sourd survenu au moment de l’impact atteste de la stupéfiante efficacité de l’instrument, nullement démenti par le corps inerte du géant qui s’affaisse lentement à mes pieds.
« -Vous voyez ! Votre carte d’état-major ne pouvait rien contre lui alors qu’une mappemonde ne lui a pas laissé une chance !
-Vu sous cet angle sans doute mais pour s’orienter je maintiens que…
-La ferme Johas ! Dans une guerre, tout ce qui compte c’est la quantité de dégât infligé ! N’oublie jamais ça. »

La leçon donnée, Johas et moi-même rejoignîmes les autres membres de l’unité pour les derniers préparatifs avant le départ.
« -Tout le monde est là ? Si non je m’en tape : on embarque dans la chimère !
-Je m’y ferais jamais, pourquoi on appel ça la chimère ?
-Ouais, vu la taille elle tient plus du Land Raider.
-Et pour l’armement c’est plus un Tank Super-Lourd.
-Rhalalalalala… Simeon, Lathes, Merak, la réponse est évidente ! On l’appel la chimère parce que la chimère est le transport réglementaire pour de pauvre GI sous équipé et sous entraîné. Sous payé aussi…
-C’est bon sergent, on a compris
-Sauf que nous on n’est ni sous équipé ni sous entraîné.
-Pas sous payé non plus.
-Ca Simeon c’est uniquement parce que vous faites les poches de vos camarades du régiment !
-C’est plus grave que de faire celle d’un passant abattu pour sonner la rappel ?
-Premièrement je ne l’ai pas abattu pour sonner le rappel mais parce qu’ je ne voudrais pas gâcher Mes saintes munitions ! Une balle c’est fait pour tuer, je l’aide à accomplir son destin en attirant votre attention, ça fait double usage et c’est pas plus cher ! Deuxièmement je ne lui ait pas fait les poches je cherchais des papiers d’identité pour avertir ses proches ?
-Il en avait ?
-Non Simeon, et c’est bien dommage.
-Alors ça ne vous dérange pas si je vous rends ce que vous avez jeté dans la bouche d’égout ? Je les aie récupéré pendant que vous discutiez avec Johas.
Récupérant les papiers que me tend cet incapable de Simeon, je vérifie qu’il corresponde bien à la victime.
-Aucune ressemblance, je crains de ne pas pouvoir me fier à ce document.
-Pourtant c’est bien lui sergent.
-Il n’a pas de trous dans le front sur cette photo, n’importe qui le remarquerai !
-Il n’avait sans doute pas prévu d’être executé…
-Et bien a cause de ce manque de clairvoyance je m vois contraint de conserver ce que j’ai pu récupérer sur le corps. L’incident est clos, on va boire un coup maintenant.

A suivre...
17 :31 PM, stationné sur 2 véhicules civils aux abords de « l’Emperor’s Asskick »
La chimère finissait de s’immobiliser et les derniers crissements métalliques, râles d’agonie des véhicules que nous venions d’écraser sous nos chenilles, mourraient lentement. La route avait été tranquille, bien que Gorek du user a plusieurs reprises du klaxon pour éviter d’emboutir des usagers distrait qui ne remarquaient pas le tank surgissant d’étroits passage sans jamais ralentir. La délicate attention de notre mékano ne suffit toutefois pas a calmer les ardeurs de tous et Johas tint a nous en faire part a la sortie du véhicule.
«-Sergent, cette conduite est inquali…
-La ferme Johas !
-Pour une fois sergent il faudrait le laisser continuer.
-C’est vrai qu’il y a beaucoup de chose a dire sur une certaine « amélioration » apportée a notre chimère…
-Bon les gars j’admet : jumeler le klaxon et le multi-fuseur n’est PAS l’idée la plus brillante qu’ait eu Gorek. Mais avouez quand même que ça dégage bien mieux la route qu’avant !
-Je dis pas sergent, mais faut quand même avouer qu’avant on heurté plus de monde MAIS il y avait parfois des survivants. Maintenant non seulement on continue de foncer dans le tas mais en plus on liquéfie tout ce qui se trouve devant nous.
-Gorek, tes coéquipiers sont visiblement rétrogrades et ne comprennent pas qu’il faut savoir concéder deux ou trois choses pour que la technologie progresse. Il va falloir supprimer cet audacieux jumelage et trouver autre chose, je te fais confiance. Occupes toi de ça, Johas et les Xerwas qui ne boivent pas pendant le service restent avec toi. Les autres viennent avec moi, on va recruter.

17 :48 PM, devant « l’Emperor’s Asskick »
Rien n’avait changé depuis notre dernier passage, « l’Emperor’s Asskick » restait le lieu ou se rassemblait toute la vermine de la cité. Toute l’économie du quartier s’était développée autour de la célèbre enseigne. Là on pouvait trouver au grand jour diverses professions qui ailleurs essaierait a tout prix de masquer leur nature. Parmi les enseignes au néon clignotante on pouvait par exemple trouver celle de Ulter, l’usurier représentant de façon fort opportune un homme jeté dehors d’un violent coup de pied a l’arrière train. A coté de l’échoppe de l’usurier se trouvait celle de Xertar son associé, un assassin notoire. Ulter prête l’argent qui sert a payer Xertar, Xertar exécute le contrat et vole sa victime puis Ulter prend jusqu’au dernier sous de son client avant que Xertar ne l’élimine pour couvrir l’escroquerie. Cette alliance était l’une des plus judicieuse et fructueuse du quartier ce qui n’aurait pas manqué de susciter la jalousie si l’assassin n’était pas si compétent dans son domaine.
Mais l’élément le plus connu de cette rue était bien sur l’entrée de « l’Emperor’s Asskick » qui aurait a elle seule suffit a condamner ce monde si sa nature était parvenue aux oreilles de l’inquisition. La façade du bâtiment était peinte dans une couleur dorée pour représenter le trône de notre bien aimé Empereur et au milieu de cette façade, au niveau de la rue se trouvait une paire de fesse surdimensionnée. Entre ces deux fesses se trouvait la porte d’entrée du bar, qu’il convenait bien sur d’ouvrir d’un violent coup de tatane en hommage au nom du bouge. En parfaits habitués de l’endroit, mes compagnons et moi-même lattèrent vigoureusement la porte avant d’entrer.

17 : 48 PM, rez-de-chaussée de « l’Emperor’s Asskick »
La porte de « l’Emperor’s Asskick » s’ouvrit brutalement devant mes hommes et moi, heurtant violement un mur et projetant au sol tous les cadres qui y était attaché. L’intérieur du bar baigné comme a l’accoutumé dans une épaisse couche de fumée a travers de laquelle la faible luminosité de néon au couleurs criardes peinait a percer. Le sol était jonché de débris de diverses origines : tessons de bouteille, barreau de chaise, barre a mine et d’innombrable autres instruments contondants plus ou moins traditionnels. C’est la fréquence des rixes se déclenchant en ces lieux qui avait forcé le personnel ainsi que les clients à accepter cet état de fait. Et tous y trouvaient leur compte : les habitués disposaient en permanence a portée de main de quoi régler leurs différents et le patron n’avait plus a intégralement reconstituer son mobilier après les inévitables affrontement quotidien.
Les habitués avaient tous détournés le regard en direction d’un panneau d’affichage électronique au dessus de la porte qui a chaque entrée noté la puissance du coup de pied donné dans le fessier impérial pour ouvrir la porte. Lorsque la violence de la secousse eut finit d’être analysée, le verdict tomba enfin. L’alarme se déclencha bruyamment, parodiant « God Save The Queen » dans une version élaboré par le patron du bar lui-même qu’il avait intitulé « Emperor Save His Ass », des confettis furent lâchés par la trappe prévu a cette effet et le résultat apparu dans un orange clignotant particulièrement criard : « Horus’ Assquick : 10 000 ans de bain de siège ! ». Pas mécontent de notre prestation, mes hommes et moi pénétrâmes a grand pas dans le bar, les bras levé pour tenter de calmer les acclamations de la foule en délire qui n’avait pas assisté a notre performance depuis longtemps.

« -Merci les gars ! Merci ! Vous nous aimez, c’est normal ! Mais c’était pas la peine de tous vous lever pour nous accueillir, une donation en espèce aurait suffit.
-On ne s’est pas levé, le mobilier n’a pas était remplacé depuis que vous avez tout ravagé lors de votre dernier passage.
-Aaaaaah, ça… En fait il y a une explication tout a fait logique a cela, rangez moi tous ces instruments contondants et je me ferai un plaisir de tout vous expliquer.
-Ca a intérêt a être convainquant si vous voyez ce que je veux dire…
-Bon, tout est arrivé un après-midi orageux…
-Sergent, c’était le matin et il faisait très beau…
-Euh… C’est sur Merak? Je m’en souvient pas comme ça… Bon, nous dirons donc que c’était une après-midi matinale magnifiquement orageuse. Mes hommes et moi-même
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mar 18 Oct à 21:50

-Vous seul ! Je veux pas être mêlé a ça !
-Simeon, un problème qui touche votre sergent touche toute l’unité.
-Non
-Si
-Rêve…
-Si
-Certainement pas
-Si
-J’en doute
-Si
-Refus catégorique
-Tu vas me le payer tu le sais ça…
-Rien a foutre
-On verra ça plus tard… Je suis donc venu ici comme, a mon habitude, afin de louer mes services au plus offrant. Offre limité aux actions en sous-main et ou la discrétion n’est pas importante. Offre non cumulable avec une quelconque réduction, la maison ne fait pas crédit, elle accepte les boulots louches et ne pose pas de question.
-C’est pas ce qu’on vous demande sergent…
-La ferme Lathes, un peu de pub n’a jamais tué personne. En arrivant je me retrouve nez-a-nez avec la honte de la profession : des mercenaires qui bossent en groupe,
-Nous aussi on agit en groupe sergent…
-Week-end et jours fériés,
-Comme nous quoi,
-A des tarifs défiant toute concurrence
-Oh les chiens !
-Qui proposent des offres réservées aux clients fidèles,
-Ouais, vous allez tous les faire quoi…
-Et qui m’ont piqué un client sous le nez ! Un super contrat que j’avais presque bouclé pour une somme colossale, ils me l’ont tiré en proposant un tarif abusivement bas.
-Ouah, dur pour vous sergent…
-Simeon, je te conseil de la fermer, je te supporte depuis tout a l’heure mais la c’est trop ! J’ai donc saisit le conseil de la concurrence pour qu’il se penche sur ce cas litigieux. Pour m’assurer qu’une fois penché il ne rate aucun indice qui pourrait se trouver ailleurs qu’au niveau du sol j’ai pris sur moi de tout briser et d’infliger une peine de mort par anticipation aux auteurs de cet honteux détournement de client.
-Vous avez pas trop compris ce que c’est que se pencher sur une affaire.
-Simeon, tu as gagné, tu m’as poussé a bout !
-Je suis moooooooooort de peur Sergent….
-Comme je m’en veux terrrrrrrrrrrrrrrrriiiiiiiiblement d’avoir saccagé le bar je tiens a apporter une participation financière au rachat de mobilier
-Vous faites quoi ????!!!!???
-Tu as parfaitement entendu Simeon. Je tiens a leur offrir 11684 Crédits
-Eh !!! Vous pouvez pas fai…
-Ferme la Simeon !!!
-Ouais, laisse le faire ! On en a marre de rester debout !
-Mais c’est ma solde et…
-L’origine de cet argent n’a aucune importance, c’est ce qu’on pourra en faire qui compte.

Insensible a ce noble geste, Johas tenta maladroitement de se saisir de l’enveloppe au moment ou je la tendait au patron du bar, avant d’être gentiment maîtrisé d’un coup de batte de base-ball au menton, deux coups dans les genoux, un au ventre puis un dans le dos pour faire bonne mesure. Robuste malgré une apparence chétive, il prit tout de même le temps de maudire chaque personne présente avant de finalement abandonner la lutte sous le poids de 3 clients qui avaient décidé de l’utiliser comme banc. L’échange c’était parfaitement déroulé et nous nous apprêtions a en revenir a la raison de notre venu quand un homme dévala l’escalier a toute vitesse, aidé en cela par la première marche qu’il avait eut le bon goût de rater. Les discussions entre clients pour savoir qui garderai son portefeuille cessa lorsque, finalement, il apparut qu’il avait survécu à sa chute et qu’il releva son visage ensanglanté pour lacher, l’air désespéré cette phrase qui glaça le sang de tous ceux présent dans le bar : « Almoul est mort… »


La nouvelle du décès d’Almoul avait jeté un froid dans le bar. Plusieurs clients avaient immédiatement choisis de vider les lieux, d’autres avaient essayé de trouver quelqu’un pour payer une tournée, beaucoup étaient retourné boire à la mémoire du disparu, ou pour fêter sa mort selon la nature de leur relation avec Almoul. Mes hommes et moi mêmes étions en proie à la plus grande confusion. Je rangeais discrètement le portefeuille prélevé sur l’homme qui avait dévalé les escaliers alors qu’il était inconscient et je me décidait enfin a poser LA question qui nous torturait tous :
« -C’était qui Almoul ?
-Aucune idée.
-Jamais entendu parler
-Ce nom m’est totalement étranger.
-Messieurs, ce n’est pas le plus important.
-Et qu’est-ce qui est important Sergent ?
-Ce qui compte Merak c’est qu’un homme a été tué et qu’il faut élucider ce mystère !
-On a autre chose a faire sergent.
-Merak, en vertu de l’article 11 alinéa b du code pénal, non, on a rien de mieux à faire.
-Et il raconte quoi cet article ?
-C’est un projet de loi que j’ai personnellement proposé et qui fut adopté après que j’eusse placé avec l’aide de Gorek des charges d’explosifs sous les bancs du sénat. Après avoir précisé qu’un vote négatif entraînait automatiquement l’explosion notre loi fut accepté a l’unanimité et jamais abrogé grâce a des séries d’attentats aux moments adéquats.
-Ouaip, bon, on s’en fout : c’est quoi cette loi ?
-Cette loi dit qu’en cas de meurtre, la totalité des dettes de jeu de la victime doivent être remboursées par le meurtrier.
-Et en quoi ça nous concerne, on le connaissait pas Almoul.
-Et ça personne ne le sait. Donc on va retrouver le meurtrier et lui faire payer les 1.2 millions de Crédits que nous doit Almoul. N’est-ce pas les gars…
-Oh, CES 1.2 millions…
-Je crois m’en souvenir maintenant
-C’était pas plus ?
-C’est bien possible, on verra ça en temps voulu. Maintenant que nous nous souvenons tous de ce très cher Almoul…
-1.2 millions c’est pas si cher…
-Ce très bon marché mais toutefois bien assez lucratif Almoul donc, pour faire plaisir a Merak. Il va nous falloir trouver qui est le pigeon…l’assassin, afin de le faire cracher ses… de l’envoyer expier ses crimes en prison.
-J’aime la Justice !
-T’étais pas très motivé avant qu’on parle rémunération Lathes…
-Faut bien qu’elle puisse se payer ses frais la Justice… »

Pour une fois parfaitement d’accord sur la marche à suivre, notre troupe se sépara en 2 groupes afin d’agir le plus rapidement possible. Merak et Lathes choisirent de rester au rez-de-chaussée et de tabasser les clients encore présent pour recueillir le plus possible d’information, compensant leur manque d’intelligence par leur capacité musculaire incroyablement développé. Les premiers cris que Simeon et moi-même entendîmes en montant à l’étages eurent tôt fait de nous prouver que les bonnes veilles méthodes d’investigations avaient encore de beaux jours devant elles.
Au premier étage, il nous fut facile de trouver la pièce ou Almoul avait été tué. Une planque en or, embarqué comme pièce a conviction par Simeon indiquait :
« Chez Almoul, trafic en tout genre, drogue, opinion, influence, information, contrebande diverse, location d’homme de main, blanchiment d’argent, proxénétisme, assassinat sur commande, attentat a la demande…
Chez Almoul, si sa paie, sa l’fait ! »

18 : 37 PM, 1er étage de « l’Emperor’s Asskick »
« -Il a du bol d’avoir été tué avant que je ne remarque qu’il nous faisait de la concurrence celui la… Bon, la porte a été enfoncée, boulot d’amateur…
-C’est vrai que ce genre de serrure ça se crochète facilement…
C’est pas la le problème, regarde bien : c’est la serrure qui a céder quand on a cherché a enfoncer la porte. Vois la différence quand un spécialiste comme moi utilise ce genre de procédé. »
Je m’avançais dans le couloir en quête d’une porte adapté a cet exercice et trouvait finalement quelque chose d’adapté : une plaque indiquant l’antre de l’un des représentant de l’espèce la plus méprisable de l’univers, un de ces chiens qui s’occupait de publicité sur le net ! Prenant mon élan, je m’élançais de tout mon poids contre la porte en bois, arrachant les gonds de l’encadrement et projettant la porte a travers la pièce. Pour faire bonne mesure, j’en profitais pour dégainer mon arme et vider mon chargeur dans la poitrine du cuistre.
« -Voila, en plus on pourra comparer la façon dont ce meurtre d’amateur a été commis avec celui d’un grand maître, Moi. Admire la précision dans ce défonçage de porte : les 3 gonds ont cédés au même moment alors que la serrure la retenait encore, garantissant une projection optimal de la porte au travers de la pièce. Aucune comparaison possible avec le boulot bâclé du gars qui a tué Almoul.
-Vraiment impressionnant sergent, maintenant on a 2 meurtres sur les bras.
-Celui-ci c’est pas un meurtre, c’est une expérience de la police scientifique. Les dommages collatéraux réalisés au cours d’une enquête ne peuvent en aucun cas être mis sur le compte d’un sergent et de son escouade dans l’exercice de leur fonction. Article 1678 alinéa d du code pénal.
-Vous déconnez la ?
-Négatif, je suis l’auteur de bien des lois qui me mettent à l’abri de bien des problèmes futiles. D’ailleurs quand on en aura fini ici on ira expliquer à nos amis les cafards qui attaquent notre monde qu’ils ont une grosse amende en prévisions vu que les invasions tyranides sont strictement interdites hors périodes de vacances estivales comme le prouve l’article 4371 du code du travail.

18 : 56 PM, Bureau d’Almoul
Plus aucun indice ne se trouvait dans le couloir, aussi était-il naturel que nous décidions d’aller sur les lieux du crimes afin de nous rendre compte par nous même de ce qui avait bien pu se passer. A peine avions nous passer le seuil de la porte du bureau d’Almoul qu’un détail attira notre attention : sur le sol se trouvait des douzaines de couteau en fer blanc a la lame tordues et dont la pointes était maculée de sang. Au centre de la pièce le corps d’Almoul gisait effroyablement mutilé par des centaines de coup de couteau.
« -Simeon, que déduisez vous de cela ?
-Que le meurtrier devait être très patient, pas discret vu le nombre d’arme avec lequel il se promène et assez fort pour maîtriser la victime pendant les longues heures qu’il a du lui falloir pour l’assassiner avec des armes en fer blanc…
-Et tu rates encore une fois l’essentiel ! Sans oublier que tu as tout faux. Il est évident que nous recherchons un quincaillier qui fait de la vente à domicile pas persuasif et frustré par d’innombrables échecs.
-Et qu’est-ce qui vous fait croire ça sergent ?
-Le nombre de couteau présent : seul un quincaillier peut en avoir autant. Il devait faire de la vente a domicile ou il n’en aurait pas eut autant sous la main. Pour le reste c’est évident : il s’est présenté, Almoul l’a envoyé paître et pour se venger il a enfoncer la porte pour l’assassiner. Trop facile…
-Donc pour vous c’est un hasard si c’est le gars le plus louche du quartier 117 qui s’est fait tuer ?
-Bien sur, un quincaillier frustré explique bien des choses sur ce monde.
-Et ce quincaillier serait venu dans un quartier notoirement louche pour démarcher ?
-Comme il était frustré il a cherché un défi, c’est naturel.
-Et il démarche dans le bâtiment le plus louche du quartier le plus louche de la ville la plus louche de la planète la plus louche de cet univers, ET PRECISEMENT chez le gars le plus louche de tous !
-Ben oui, c’était pet être la gars le plus frustré de l’univers et il voulait un défi a sa mesure.
-Et il abandonne toutes ces preuves derrière lui ?
-Il est frustré, ça explique beaucoup de chose.
-Et il ne vous faut aucune autre preuve pour condamner quelqu’un ?
-Bien sur que si. Mais faut admettre qu’un quincaillier qui donne dans la vente a domicile frustré ça court pas les rues donc c’est super pratique.
-Et c’est super fauché, donc on touchera jamais nos 1.2 millions.
-Comme tout le prouve si bien, il est impossible que se soit un quincaillier fauché qui a fait le coup. Tout ce qu’on sait c’est que l’assassin devait avoir bon nombre de couteau, à moins qu’il ne les ait trouvé ici…Simeon, utilise ton meilleur talent : fouille cette pièce a la recherche d’un détail aussi insignifiant que notre cher Empereur. Un peu comme quand tu cherches à mettre la main sur quelque chose qui ne te concerne pas. Fais pas le con : je te surveille, alors avant de voler quelque chose tu me le signale.
-Okay. Premier constat, il y a un double fond au second tiroir du bureau, on le remarque très facilement à sa taille anormale et inesthétique vu de l’extérieur et sa profondeur anormale a l’intérieur. Il y a dedans une liasse de billet…
-Pièce a conviction : donne, je prend.
-Une arme a feu semi-automatique de petit calibre…
-Laisse, un gosse pourrait le trouver, mal tourner et finalement devenir une recrue valable a l’avenir.
-et une liste de quelques uns de ces contacts.
-Rien de bien passionnant. Embarque la liste quand même, on trouvera peut être une info croustillante et un type a faire chanter. Simeon, t’as intérêt a trouver mieux sinon tu ne sera pas payer le mois prochain non plus.
-J’ai aussi remarqué une latte descellé dans le plancher.
-Bien, bel effort. J’ose espéré qu’il y aura plus la que, un, deux, trois, …, 45 000 Crédits en grosse coupure… Si il y a des preuves j’en veux bien aussi…
-Donc, dès que cette saleté de planche voudra bien dégager…
-Simeon ! T’as un gantelet énergétique que Gorek a spécialement modifié pour toi, y passant plus de 2 heures au lieu de réparer MON lance grenade qui s’était modérément disloqué a cause du recul trop important que l’augmentation de sa portée et de son calibre avait entraînaient.
-Sergent, un lance-grenade est censé utiliser des grenades pour munitions,mais une a la fois. A partir du moment ou vous pouvez en charger 12 en même temps et les tirer a plus de 200 mètres il était évident que ça allé poser des problèmes.
-Ouvre cette stupide trappe immédiatement…
-C’est cassé…
-C’est tout juste ce que je demandais. Comme quoi c’était pas trop compliqué…
-Oh Mon Dieu sergent ! C’est pas possible !
-Bien sur que si, mon lance-grenade est presque au point !
-Pas ça ! Regardez ce qu’il y a dans cet trappe : un insigne représentant un aigle impérial roti a la broche !
-Tient, ça c’est intéressant. Asmoul connaissait Erezius…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bossone
2ème Avertissement flood
2ème Avertissement flood
avatar

Nombre de messages : 510
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mar 18 Oct à 22:07

la c'est sur on va pas les lires clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mar 18 Oct à 22:09

vous devriez c'est tordant de rire sur tout pour ceux qui conaissent les warhammer pété de rire pété de rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
El Vizc
Diplomate ..DG..
Diplomate ..DG..
avatar

Nombre de messages : 1495
Localisation : Au bled (provence)
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mar 18 Oct à 22:18

Pendant les vacances, sûr je m'y met. Un tel travail se doit d'être observé et avoir un jugement.

Mais pendant les vacances là tu comprends, le temps surtout quand on est en cours.

N.B : Tu n'a pas songé à faire écrivain ou a publier ça dans une BD ou un truc du genre Question

_________________
N'interrompez jamais votre ennemi lorsqu'il fait une erreur.

Aidez le à vivre --> http://www.animals-superstars.com/photo-8867.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mar 18 Oct à 22:25

merci du compliment mais je comprend tres bien pour les cours mais comme je n'aurais pas internet pendant les vacances marre help

enfin sinon tu sais faire un travail comme ca ca n'est pas si extraordinaire Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zeratul
Barman
Barman
avatar

Nombre de messages : 2028
Localisation : DTC au fond a droite apres le 3e feu a gauche puis a droite et avant le pont derriere la cabane
Date d'inscription : 08/09/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mer 19 Oct à 1:58

note pour plus tard: venir lire tout ça... Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mer 19 Oct à 14:16

note pour plus tard : poster une autre de mes histoires deux fois plus longues Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yusuke
Diplomate ..DG..
Diplomate ..DG..
avatar

Nombre de messages : 701
Date d'inscription : 15/09/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mer 19 Oct à 14:57

pour nous facilité le tout a quand la version audio ??????????????
ange

_________________



Le pouvoir n'est pas ce que vous possédez mais ce que votre adversaire s'imagine que vous possédez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Mer 19 Oct à 15:32

désolé je sais pas faire ça tongue ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Voldemort
1er Avertissement flood
1er Avertissement flood
avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 09/10/2005

MessageSujet: Re: sinik   Ven 21 Oct à 0:11

note pour plu tar mdr oui c vrai fo du courage ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Ven 21 Oct à 9:04

Lord Voldemort a écrit:
note pour plu tar mdr oui c vrai fo du courage ^^

pffffffff commencez au moin c'est passionant (sans me vanter) surtout pour ceux qui jouent a warhammer (40K et battle) thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldarion
Demon Suprème
Demon Suprème
avatar

Nombre de messages : 860
Date d'inscription : 05/09/2005

MessageSujet: Re: sinik   Ven 21 Oct à 19:15

Vu que ça parle d elfes noirs, j ai pas lu petard


Vive les hauts elfes boxeur de fou

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Ven 21 Oct à 19:27

rhooooooooooooooooooooooo c'est bon vas y justement ca carricature les elfes noirs (meme si je les joues) Brice de nice bim la chaise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mithrandir
Feufolet
Feufolet
avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 17/10/2005

MessageSujet: Re: sinik   Ven 11 Nov à 3:31

Sympathique le Premier et le début du 2ème, j'ai eu un manque de courage après devant l'ampleur de la tâche restante à accomplir...

Je reviendrai Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathmalekith
Gargouille
Gargouille
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: sinik   Lun 14 Nov à 14:42

oui fait comme tu veux clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsterchaos
1er Avertissement flood
1er Avertissement flood
avatar

Nombre de messages : 233
Date d'inscription : 17/10/2005

MessageSujet: Re: sinik   Dim 8 Jan à 8:40

allez moi je suis en vacances la j'ai lu 3 ligne demain ou tou a l heure en me reveillant j'essaye pasque tout le monde a oublier la
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: sinik   

Revenir en haut Aller en bas
 
sinik
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Antre de la Garde de la Mort :: -=L'horizon Infini=- :: Rôle-Play-
Sauter vers: